Marchés publics : nouveaux seuils européens

Marchés publics et concessions : le 30 octobre dernier, les nouveaux seuils européens – qui seront applicables dès le 1er janvier 2020 – ont été publiés au Journal officiel de l’Union européenne.

Fait assez rare pour le noter, les seuils sont revus à la baisse. 

Ces plafonds sont réévalués tous les deux ans par l’Union européenne afin de tenir compte de la fluctuation des cours monétaires.

Les informations concernant les nouveaux seuils sont disponibles sous le lien suivant : https://ec.europa.eu/growth/single-market/public-procurement/rules-implementation/thresholds_en

December 3rd, 2019|Actualités, Publications|

Calendrier de la chasse

Le calendrier de la chasse ne sera jamais un long fleuve tranquille : par une publication de ce jour, le Moniteur belge nous informe en effet que le Conseil d’Etat, par son arrêt n° 245.927 du 25 octobre 2019, a annulé l’arrêté du Gouvernement wallon du 24 mars 2016 fixant les dates de l’ouverture, de la clôture et de la suspension de la chasse du 1er juillet 2016 au 30 juin 2021.

November 28th, 2019|Actualités, Publications|

Réforme du bail à ferme

La réforme du bail à ferme est parue au Moniteur belge ce 8 novembre 2019.

La législation en la matière n’avait plus été actualisée depuis 1988 et apparaissait dépassée. Suite au transfert aux régions de la compétence relative au bail à ferme en 2015, le Ministre wallon de l’Agriculture a initié une modernisation de cette législation qui a abouti au décret du 2 mai 2019.

Cette réforme entrera en vigueur dès le 1er janvier 2020. Pour ce faire, elle nécessitait l’adoption de divers arrêtés d’exécution lesquels ont été adoptés le 20 juin 2019 et également publiés au Moniteur belge du 8 novembre 2019 :

  • Arrêté du Gouvernement fixant le contenu minimal de l’état d’entrée des lieux ;
  • Arrêté du Gouvernement fixant les modalités de mise sous bail à ferme des biens ruraux appartenant à des propriétaires publics ;
  • Arrêté du Gouvernement précisant les modalités de fixation des superficies minimales et maximales de rentabilité ;
  • Arrêté du Gouvernement fixant le contenu et les modalités des notifications par les officiers instrumentant à l’Observatoire du foncier agricole ;
  • Arrêté du Gouvernement définissant les qualifications à orientation agricole ;
  • Arrêté ministériel établissant un modèle-type d’état des lieux ;
  • Arrêté ministériel établissant un modèle type de cahier des charges dans le cadre de la mise sous bail à ferme des biens ruraux appartenant à des propriétaires publics.
November 18th, 2019|Actualités|

Liaisons écologiques

Les liaisons écologiques sont des éléments du réseau écologique qui interconnectent différents écosystèmes naturels. Elles jouent un rôle majeur dans la survie à long terme des espèces végétales et animales, notamment pour leurs déplacements entre différents sites vitaux.

Le 30 octobre dernier, l’Arrêté du Gouvernement wallon du 9 mai 2019, dont le texte vise à dresser la liste des liaisons écologiques, a été publié au Moniteur belge ; toutefois, cette liste s’inscrit uniquement dans la sphère indicative de l’article D.II.2 du CoDT (Schéma de Développement du Territoire – stratégie territoriale) et non pas dans le cadre des articles D.II.21, § 2, 2°, et R.II.21-6 qui régissent les périmètres de liaisons écologiques à valeur réglementaire inscrits aux plans de secteur.

Dans le cadre de deux engagements de l’Union européenne en matière de conservation de la nature (enrayer la perte de biodiversité dans l’Union d’ici 2020 ; protéger, évaluer et rétablir la biodiversité et les écosystèmes d’ici 2050), l’objectif du Gouvernement wallon est de déterminer les liaisons écologiques d’importance régionale qui permettent de relier entre eux les sites reconnus par la Loi sur la conservation de la nature afin de les préserver.

Envisageant ainsi la mise en réseau des milieux naturels au niveau régional pour « assurer un maillage écologique cohérent », 5 différents types de liaisons écologiques ont été identifiées à l’échelle régionale et adoptées par le Gouvernement :

1° les massifs forestiers feuillus ;

2° les pelouses calcaires et les milieux associés ;

3° les crêtes ardennaises ;

4° les hautes vallées ardennaises ;

5° les plaines alluviales.

Elles sont identifiables sur la carte annexée à l’Arrêté au Moniteur belge.

Pour plus d’infos : http://www.ejustice.just.fgov.be/mopdf/2019/10/30_1.pdf#page=45

November 14th, 2019|Actualités|

Bassin d’orage

L’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale réglementant la mise en place, l’exploitation et le contrôle des bassins d’orage du 23 mai 2019 a été publié ce 18 juin au Moniteur belge. D’une part, cet arrêté soumet les bassins d’orage privatifs de plus de 10 m³ à une déclaration environnementale préalable, conformément à l’ordonnance relative aux permis d’environnement, d’autre part, il en détermine les conditions d’exploitation en instaurant des obligations d’entretien et de contrôle.

Élaboré en concertation avec les opérateurs d’eau, l’arrêté vise à limiter l’impact de ces réservoirs d’eaux pluviales sur la saturation des égouts et à renforcer la prévention des risques d’inondations. En cours d’exploitation, tout bassin d’orage fera l’objet d’un contrôle périodique et en cas de manquement constaté, l’exploitant s’exposera  à des sanctions pénales pour atteinte à l’environnement.

June 21st, 2019|Actualités|

Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la gestion et l’assainissement des sols

Aujourd’hui est paru au Moniteur belge l’arrêté portant exécution du décret Sols du 1er mars 2018. Cet arrêté organise toute une série de questions pratiques liées à la mise en œuvre du décret : rectification des données de la BDES, agréments des experts, demande de dérogation à la mise en œuvre du décret, … De même, l’arrêté contient les différents formulaires nécessaires au décret tels que le formulaire à joindre au demande de permis d’urbanisme, unique, intégré ou CU2.

Document
March 29th, 2019|Actualités|

Arrête Code wallon du Patrimoine

Le décret du 26 avril 2018 relatif au Code wallon du Patrimoine entre, partiellement, en vigueur ce 1er juin 2019, suite à la publication au Moniteur belge du 8 mars, de l’arrêté du Gouvernement wallon du 31 janvier 2019.

Cet arrêté remplace les articles 477 à 480 et 505 à 529 du Code wallon du Patrimoine.

Plus particulièrement, les nouvelles dispositions réglementaires visent principalement les inventaires régionaux et communaux du Patrimoine,  les mesures de protection du patrimoine (liste de sauvegarde et classement), la déclaration des actes et travaux sur des biens classés ou soumis aux effets du classement ainsi que la fiche patrimoniale, le patrimoine archéologique ( sondage, fouilles et découvertes fortuites) , les actes et travaux d’urgence à apporter à un monument, un bien, un site ou un ensemble architectural classé ou inscrit sur la liste de sauvegarde, les actes et travaux d’embellissement extérieur d’immeubles bâtis situés dans un ensemble architectural classé ou dans une zone de protection et des actes et travaux relatifs au petit patrimoine populaire.

March 13th, 2019|Actualités|

Arrêt 33/2019 de la Cour constitutionnelle du 28 février 2019

La Directive 2001/42/CE du 27 juin 2001 relative à l’évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l’environnement définit les cas dans lesquels des “plans et programmes” doivent être soumis à une évaluation des incidences sur l’environnement.

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) interprète très largement la notion de “plans et programmes”.  Ainsi, dans l’arrêt d’Oultremont du 29 octobre 2016, la Cour a retenu  que l’arrêté du Gouvernement wallon du 13 février 2014 portant conditions sectorielles relatives aux parcs éoliens relevait de cette notion.

Cet arrêt a ouvert la boîte de pandore :  les réglementations organiques de l’aménagement du territoire et de l’environnement entrent-elles dans la notion de plans et programmes ?

L’arrêt prononcé ce 28 février 2019 par la Cour constitutionnelle (arrêt 33/2019)  donne une réponse claire et nette qui assure la sécurité juridique de nombreuses décisions et réglementations qui auraient pu voir leur légalité remise en cause si la Cour avait assimilé les législations organiques à des plans et programmes au sens de la directive 2001/42/CE.

March 1st, 2019|Actualités|

Le dol en matière de vente immobilière

Dans un arrêt du 22 février 2018 (RCDI 2018/4 p. 1.257), la Cour d’Appel de Bruxelles rappelle que la réticence à divulguer certaines informations peut être qualifiée de dolosive lorsqu’il existe une obligation de divulguer celles-ci à l’autre partie et qu’elle porte sur un fait qui, s’il avait été connu de l’autre partie, l’aurait amenée à contracter à des conditions moins onéreuses ou à ne pas contracter.  Il faut en outre que l’auteur de la réticence ait, au moment de la formation du contrat, omis sciemment de mentionner les informations, c’est-à-dire avec l’intention d’induire son cocontractant en erreur.

In specie, la Cour considère que constitue une réticence dolosive le fait de ne pas avoir informé l’acquéreur de l’existence d’un litige opposant le vendeur aux voisins.

Dans le même arrêt, la Cour rappelle que la clause aux termes de laquelle « l’acquéreur reconnaît dès lors avoir eu l’attention attirée sur l’intérêt de s’adresser antérieurement aux présentes au service de l’urbanisme de la commune dont dépend le bien vendu, afin de vérifier par lui-même la conformité des constructions et de leur destination actuelle avec la législation et la réglementation en vigueur et notamment avec la législation sur l’aménagement du territoire » ne consacre pas une réelle obligation de se renseigner en ne visant qu’un simple intérêt et, en conséquence, n’emporte aucune dérogation à l’obligation légale d’informations de l’acquéreur, pesant aussi bien sur les vendeurs que sur leurs mandataires en vertu de l’article 85 du CWATUP (ancien).

Ainsi, la Cour juge que la remise d’un permis d’urbanisme, concernant les travaux à réaliser au mur de soutènement de la propriété, le jour de la signature du compromis, sans autre explication, ne permettait pas d’appréhender l’ampleur de la situation quant aux travaux proprement dits ni d’être informé du conflit de voisinage.

La Cour prononce l’annulation de la vente pour dol.

Document PDF
February 27th, 2019|Actualités|

Réforme de la procédure d’expropriation en Région wallonne

(Le texte a été publié au Forum de l’immobilier (2019/24, pp. 7-8) et est reproduit ci-dessous avec l’aimable autorisation de la maison d’édition Anthemis que l’auteur remercie vivement)

Un décret wallon du 22 novembre 2018 relatif à la procédure d’expropriation a été publié le 18 décembre 2018 au Moniteur belge (ci-après, « le décret »). L’entrée en vigueur du décret sera prochainement fixée par le Gouvernement wallon[1]. Dans la foulée du décret flamand du 24 février 2017 relatif à l’expropriation d’utilité publique[2], la Région wallonne se dote donc de sa propre procédure d’expropriation qui était régie jusqu’à présent par des lois fédérales[3]. Depuis le 1er juillet 2014[4], chaque Région est en effet compétente pour établir ses propres règles en matière de procédure judiciaire d’expropriation[5]. La réforme de la procédure d’expropriation est attendue depuis longtemps compte tenu du caractère dépassé et inadapté de nombreux aspects de l’arsenal législatif fédéral[6]. Le législateur wallon a décidé de partir d’une feuille blanche puisque le décret abroge les lois fédérales relatives à la procédure d’expropriation[7]. Sans prétendre à l’exhaustivité, l’on propose de dégager certaines lignes de force du décret.

  1. Vision large de la notion d’expropriation. L’expropriation implique en principe « une suppression forcée et totale du droit de propriété sur un bien (…) »[8]. La Cour de cassation confirme en ce sens que l’expropriation « suppose un transfert de propriété forcée ayant pour effet une perte de propriété, partant, une dépossession effective d’un bien»[9].

Le décret opte pour une définition plus large de l’expropriation pour au moins deux raisons. D’une part, il définit l’expropriation comme « la cession amiable ou forcée d’un droit sur un bien immobilier réalisée dans un but d’utilité publique »[10]. D’autre part, le décret indique que l’expropriation peut consister en un  « transfert d’un droit de propriété sur un bien immobilier » mais également en « la suppression d’un droit réel démembré, d’un droit indivis d’un droit réel ou d’un droit personnel sur le bien »[11]. Cette conception élargie de l’expropriation permettrait, par exemple, à une autorité publique d’exproprier un locataire qui ne souhaite pas quitter l’immeuble exproprié alors que le propriétaire ne s’y oppose pas et est disposé à s’accorder amiablement avec l’autorité publique[12].

  1. Phase administrative préalable à la procédure judiciaire d’expropriation. Des règles indiquent les formes et les délais à respecter depuis la constitution du dossier d’expropriation par l’autorité publique et ce, jusqu’à l’adoption de l’arrêté du Gouvernement wallon autorisant l’expropriation[13]. On épinglera que le décret ne prévoit pas de lourde formalité en matière de participation du public, comme la tenue d’une enquête publique. Les personnes expropriées peuvent toutefois faire valoir leurs observations écrites lors de la phase administrative[14].

On restera attentif au fait que des normes législatives d’habilitation peuvent prévoir des formalités complémentaires, le cas échéant, plus contraignantes. A chaque expropriation, il s’imposera donc de lire le décret – qui organise la procédure d’expropriation – de manière combinée avec la législation d’habilitation applicable – qui prévoit le cas dans lequel l’autorité publique peut exproprier[15].

On relève en outre que les communautés sont compétentes pour régler les cas et les modalités d’expropriation[18]. Il semble donc que la phase administrative prévue par le décret ne soit pas applicable aux expropriations menées dans le cadre des compétences de la Communauté française et de la Communauté germanophone[19]. Ce raisonnement vaut, à notre sens, pour l’ensemble des dispositions du décret qui ne concernent pas directement la procédure judiciaire d’expropriation.

  1. Péremption de l’arrêté d’expropriation. Suivant le décret, l’arrêté d’expropriation est périmé s’il n’est pas mis en œuvre endéans un délai de dix ans[20].
  1. Obligation de négocier. Le décret prévoit que « la requête en expropriation n’est recevable que si, au préalable, une tentative de cession amiable a eu lieu»[21]. L’autorité publique peut toutefois se limiter à faire une simple offre dont le contenu minimal est fixé par le décret[22].
  1. Compétence du tribunal de première instance pour connaitre d’une demande d’expropriation. C’est désormais le tribunal de première instance qui est compétent en matière d’expropriation et non plus le juge de paix[23]. Les travaux préparatoires du décret justifient ce choix législatif[24]. On relève que la cour d’appel est compétente pour connaître des appels interjetés à l’encontre du jugement provisionnel[25] – c’est-à-dire, la décision par laquelle le tribunal statue définitivement sur la légalité de l’expropriation et provisoirement sur l’indemnité de l’exproprié[26] – et du jugement sur l’indemnité d’expropriation[27] prononcés par le tribunal de première instance.
  1. Suppression de la condition de l’ (extrême) urgence. Le décret instaure une procédure judiciaire d’expropriation largement inspirée de la procédure prévue par la loi du 26 juillet 1962. Il n’est toutefois plus question pour l’autorité publique de prouver l’extrême urgence puisque le décret prévoit une procédure unique voulue « rapide»[28] et encadrée par des délais à chaque étape.

On relève que plusieurs aspects procéduraux de la loi du 26 juillet 1962 – attentatoires aux droits de la défense de l’exproprié – sont logiquement écartés : le juge n’est plus tenu de rendre son jugement provisionnel dans les quarante-huit heures de la comparution sur les lieux[29] et l’exproprié peut interjeter appel du jugement provisionnel qui lui est défavorable[30].

  1. Prise de possession par l’autorité publique après le jugement provisionnel. Le décret prévoit une prise de possession par l’autorité publique du ou des biens expropriés avant le débat judiciaire sur l’indemnité d’expropriation[31], ce qui pourrait théoriquement intervenir après plusieurs mois. On souligne à ce propos que le dépassement des délais afférents à la procédure judiciaire n’est pas expressément sanctionné. Certes, le décret prévoit que les parties – dans ce contexte, singulièrement l’autorité publique – peuvent saisir la cour d’appel si le tribunal de première instance n’a pas respecté certains délais[32]. Aucune mesure n’est toutefois prévue dans le cas où la cour d’appel viendrait, avec l’accord ou non des parties, à manquer les délais de procédure qui la concernent. Compte tenu de l’encombrement de leur rôle, il n’est pas à exclure que les juridictions judiciaires ne seront pas toujours à même de respecter à la lettre les délais prévus par le décret.
  1. Conclusion. L’évaluation de la procédure d’expropriation prévue par le décret devra être effectuée au fur et à mesure de son application. Même si des difficultés devaient être rencontrées à l’usage, l’on ne peut que se réjouir de l’élan de modernisation opéré par la Région flamande et la Région wallonne, qui laissent derrière elles la Région de Bruxelles-Capitale et l’autorité fédérale et, par conséquent, témoigne d’une procédure d’expropriation à plusieurs vitesses en Belgique.

 

Kevin Polet

Avocat au barreau du Brabant wallon (HSP)

Assistant à l’UCLouvain

[1] Art. 106 du décret du 22 novembre 2018.

[2] Mon. b. du 25 avril 2017.

[3] A savoir : (1) la loi du 17 avril 1835 qui organise la procédure d’expropriation dite ordinaire, (2) la loi du 10 mai 1926 instituant la procédure d’expropriation d’urgence et (3) la loi du 26 juillet 1962 qui a trait à la procédure d’expropriation d’extrême urgence.

[4] Date d’entrée en vigueur de la loi spéciale du 6 janvier 2014 relative à la Sixième Réforme de l’Etat (art. 67).

[5] Sur les questions que suscite cette faculté notamment sur le plan constitutionnel, voy. not. K. Polet, « La régionalisation de la procédure judiciaire d’expropriation sous la sixième réforme de l’Etat : les prémices d’une réforme souhaitable ? », A.P.T., 2014, pp. 469-478.

[6] Pour un exposé des arguments en faveur de la réforme des lois fédérales relatives à la procédure d’expropriation, voy. not. K. Polet, op. cit., pp. 475-477 et les réf. citées.

[7] Art. 98, 101 et 103 du décret du 22 novembre 2018.

[8] B. Paques, « L’expropriation pour cause d’utilité publique », Rép. not., Bruxelles, Larcier, 2001, p. 50.

[9] Voy. not. Cass., 4 décembre 2008, Pas., 2008, pp. 2753 et s. ; 13 juin 2013, Pas., 2013, pp. 1364 et s.

[10] Art. 1, 2°, du décret du 22 novembre 2018.

[11] Art. 2, § 1er, al. 1er, 1° et 2°, du décret du 22 novembre 2018.

[12] Voy., en ce sens, l’exposé des motifs du projet de décret relatif à la procédure d’expropriation, Doc. Parl. wall., sess. 2018-2019, n° 1170/1, p. 5.

[13] Art. 6 à 20 du décret du 22 novembre 2018.

[14] Art. 13 du décret du 22 novembre 2018.

[15] Voy., en ce sens, l’exposé des motifs du projet de décret relatif à la procédure d’expropriation, Doc. Parl. wall., sess. 2018-2019, n° 1170/1, pp. 4-5.

[18] Art. 79, § 1er, de la loi spéciale de réformes institutionnelles du 8 août 1980 et art. 51 de la loi du 31 décembre 1983 de réformes institutionnelles pour la Communauté germanophone.

[19] Voy., à ce propos, l’exposé des motifs du projet de décret relatif à la procédure d’expropriation, Doc. Parl. wall., sess. 2018-2019, n° 1170/1, pp. 5 et 6 ; égal. K. Polet, op. cit., pp. 474-475.

[20] Art. 20, § 1er, al. 1er, du décret du 22 novembre 2018.

[21] Art. 26, § 1er, al. 1er, du décret du 22 novembre 2018.

[22] Art. 26, § 1er, al. 2, du décret du 22 novembre 2018

[23] Art. 28 du décret du 22 novembre 2018.

[24] Exposé des motifs du projet de décret relatif à la procédure d’expropriation, Doc. Parl. wall., sess. 2018-2019, n° 1170/1, pp. 7-8.

[25] Art. 39 du décret du 22 novembre 2018.

[26] Art. 38 du décret du 22 novembre 2018.

[27] Art. 51 du décret du 22 novembre 2018.

[28] Exposé des motifs du projet de décret relatif à la procédure d’expropriation, Doc. Parl. wall., sess. 2018-2019, n° 1170/1, p. 5.

[29] Art. 35 et 36 du décret du 22 novembre 2018.

[30] Art. 39, al. 1er, 4°, du décret du 22 novembre 2018.

[31] Art. 44 à 47 du décret du 22 novembre 2018.

[32] Art. 39, al. 1er, 1° à 3°, du décret du 22 novembre 2018.

February 20th, 2019|Actualités|